• Ce dont je me souviendrai toute ma vie

    La voix de la Terre avec un X et des mixts

    Il y un bout, j'ai eu une conversation avec quelqu'un qui essayait de me convaincre que je ne vivais pas assez intensément (pfft!). Et le quelqu'un m'a posé une question: «De quoi te souviendras-tu toujours?». Et j'ai bloqué. Quoique j'ai surtout bloqué parce que je sais que mes trésors sont aux aux yeux de beaucoup des choses vides, parce qu'ils ne peuvent pas comprendre ce que ça veut dire pour moi, parce qu'ils ne peuvent pas comprendre comment je le vie. Le meilleur exemple, c'est le nombre de fois où mon père a pris un air supérieur et méprisant pour m'annoncer que l'ésotérisme, c'est des niaiseries, des futilités. (Quoique j'ai cru remarquer qu'il fait de plus en plus attention à ce qu'il me dit, j'imagine parce qu'on ne se voit presque plus et que ça met de la tention, inutile parce que j'ai la même putain de tête de mûle que lui anyway.) (Peut-il comprendre que pendant la période noire que j'ai traversé l'an passé, quelqu'un m'enlevait le fardeau pendant quelques instants pour que je souffle? Que lorsque je suis perdu, j'ai quelqu'un qui peut m'envoyer des messages, par la divination? Que cette dernière m'a aussi aidé à me comprendre moi-même? Je ne pense pas, et il n'a pas à comprendre ça parce qu'il a sa voie à lui. Mais à la prochaine remarque du genre que j'entends, je ne me retiendrai plus de lui dire ce que je pense de ses petits commentaires du genre.)

    Ceci mis à part, sa remarque m'a tout de même fait cogiter: si je ne regrtette en rien de ne pas être entré dans le moule habituel de l'adolescence, a foirer, m'en foutre, boire à en avoir la gueule à terre, baiser à droite et à gauche, ce qui constitue les trésors normaux des ados, leurs souvenirs et ce qu'ils auraient répondu, (genre, je vais toujours me souvenir de telle partie de jambes en l'air ou de tel party), moi de quoi me souviendrais-je? Me sont venus en tête ma méditation avec Kali (cette mer de peine m'aurait noyé sans elle), avec Sulis, mes parties de jeux-vidéos, mais je savais ne pas pouvoir lui en parler, alors j'ai répondu une bêtise genre: mon secondaire 5 au grand complet. 

    Ce qui n'est pas faux: ce fut l'année la plus terrible de ma vie, et en même temps la plus belle. (Avant le Cégep en tout cas!)

    Mais est-ce que le jour de ma mort, je vais y repenser? J'en doute. Mais à Lui, je vais sûrement y repenser, le sourire aux lèvres. 

    Quand j'étais au secondaire, j'étais amoureux d'un garçon, qui lui, ne m'aimait pas. Par contre, nous étions amis. J'ai eu des tords, et il y a des choses que je n'ai pas pu faire, mais tout ce que je pouvais faire, je l'ai fait pour lui. Je l'ai consolé et éouté, à l'épuisement parfois, et un jour, en secondaire 4, il m'a offert un cadeau à mon anniversaire. Et sincèrement, je pense n'avoir de toute ma vie jamais été aussi heureux qu'en ce moment-là. Il a déjà fait des cadeaux à sa famille, mais rarement à des gens à l'école. C'était sa façon à lui de me faire comprendre que j'étais spécial pour lui.

    Un an après, ça c'est fini en «je ne peux plus te supporter» et j'ai passé proche de la dépression. Il m'a fallut un an et demie pour complètement me remettre! (C'est que moi, quand j'aime je n'aime pas qu'à moitié! Et puis bon, je ne veux pas trop m'étendre là-dessus parce que c'est personnel et que tout le monde peut lire, mais il reste qu'il représentait beaucoup pour moi, ce qu'il pensait de moi, et j'ai été blessé à un point qui est difficile à expliquer.)

    Mais ce n'est pas ça l'important. Les plaies ont cicatrisé, elles ont disparu et m'ont rendu plus fort. Mais reste que pendant un moment, même si n'était pas de l'Amour avec un grand A, j'ai été spécial dans le coeur de quelqu'un, et ça, je m'en souviendrai toute ma vie. 

    (Artwork: Carte des amoureux du Lunatic Tarot)

    (MERDE! La seule boutique en ligne que je connaisse qui le vend, elle est aux USA. Un jour, je vais l'acheter, c'est sûr, mais pas avant un bout encore. J'en rêve!)


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Lundi 12 Juillet 2010 à 18:43
    Je comprends profondément ce que tu veux dire.
    Je suis passé par-là aussi.
    J'ai toujours fait le choix de refuser de mener la vie des autres adolescent(e)s que je trouvais vulgaires et vides de sens.
    Et ça m'a mené à de belles choses. Parfois grandes. Parfois compliqués. Mais toujours en harmonie avec ce que je suis et étais.
    Tu sais, je suis à l'université depuis plus de deux ans maintenant. Et même si j'entamme ma troisième année bientôt, il y a toujours des gens pour venir me dire que mes choix de vie ne sont pas les bons, car « hors-normes » et qu'ils m'en coûtent trop.
    C'est vrai qu'ils m'en coûtent beaucoup. Je ne ferai pas l'étalage de tout ce que j'ai perdu, puisque j'en ai gagné tout autant.
    Le pire, c'est que je ne ne suis pas du genre a vouloir volontairement être différente. Non, c'est tout aussi stupide que de faire des efforts pour être pareil. Je ne fais qu'être sincère avec moi-même et authentique avec les autres. Je n'aime pas que l'on me dise que je suis bizarre. C'est blessant.
    Mais je ne regrette en rien chacun de mes choix qui ne sont qu'un prolongement VÉRITABLE de de que je suis!

    Donc, pour en revenir à ce que je disais, je comprends ce que tu écris. lol

    Merci beaucoup pour cet article et l'inspiration du moment.
    J'espère que je ne suis pas trop chiante à lire. ^^
    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    2
    Siri-chan
    Samedi 13 Octobre 2012 à 02:31

    Ce que ta dit me fait penser que je serais bloquer également.J'ai essayer d'être comme les autres mais c'était trop épuisant d'être normal- c'est pour moi être un peu hypocrite malheureusement.

    Les bons souvenirs ce situe a l'enfance jusqu'a ma derniere année du primaire. apres tout s'est écrouler comme un chateau de cartes, et cette image colle bien car notre amitier étais fragile...

    Comme aujourd'hui je suis morte, sans amis, sans amour en plus d'être un peu plus poilu ue la moyenne des femmes mais je veux prendre un nouvaux départ en restant moi même cette fois même si sa dérange les autre malgré que ca sera plus dure a assumer que ce que je le souhaiterais(pk les femmes doivent s'épiler déja?)

    En tout cas l'ésotérisme m'a fait sentir plus vivante .Dire que j'ai connu ce mode par hasard dans le métro grace a un homme au cheveux long que j'ai croiser...

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :