• La dame argentée

     

    La voix de la Terre avec un X et des mixts

     

    Quel astre a plus fasciné les hommes que notre ronde dame argentée? Cette dernière a toujours eu une place assez limitée dans ma pratique, mais elle est quand-même trop importante à mon goût pour être ignorée. En fait, ces temps-ce, je m'intérroge de plus en plus sur mes racines, surtout spirituelles. Comment en suis-je venu à trouver naturel de dresser un autel pour prier la Dame, Oddin ou Pélé? Comment en suis-je venu à ressentir le besoin de pratiquer la divination pour faire le point sur ma vie, être averti de certains dangers (en quels cas j'ai tendance à n'en faire malgré tout qu'à ma tête, remarque) ou encore pour trouver des pistes de solution à mes problèmes? Et l'une des différences majeures dans ma façon de pratiquer la sorcellerie est ma façon de percevoir la lune.

    Lors de mes débuts en magie, j'ai été scié de voir des gens déifier la lune. Après tout, il ne s'agit de rien de plus qu'une grosse pierre qui reflète les rayons du soleil, n'est-ce pas. Alors une telle pratique me mettait profondément mal à l'aise.

    Mais je n'avais pas compris certaines choses. D'abord, c'est un peu un symbole. La lune est beaucoup associée aux femmes, à la douceur, la maternité, le mystère, la magie. Certains disent «depuis toujours», mais je pense bien que c'est une conception plus ou moins moderne des choses, puisque dans certains peuples la lune représentait un principe masculin... (Il me semble avoir lu que chez les nordiques on parlait d'un dieu-lune, mais je ne suis pas certain de ce que j'avance.)

    Aussi, il est cru que la lune émet quelque chose qui influence l'esprit humain. Certains ont essayé de se baser sur des propos scientifiques, mais le fait est que la pluspart des sorcières n'ont pas assez de connaissances scientifiques pour émettre des hypothèses du genre, donc ça fait de la science de pacotille qui s'est bien répendue sur Internet.  (Genre, la lune influence les marrées donc vue qu'on a de l'eau dans le corps, ça nous influence. Bien, mais le fait est qu'aucun scientifique n'a jamais déclaré que tout ce qui avait de l'eau était systhématiquement influencé par la lune. Nuance. ) Malgré cela, je ne considère pas ça comme une croyance tellement absurde, à condition que l'on la garde dans l'abstrait. Un peu comme la croyance en Dieu: ça fait du sens d'y croire, ou même de ne pas y croire, mais ça ne fait pas de sens de ne pas y croire à cause de Darwyn. Il n'a que prouvé que la Bible disait faux, ce n'est pas parce qu'on a évolué qu'il n'a pas d'entité supérieure quelque part.

    Certains croient aussi qu'elle dégage une forme de pouvoir qu'il est possible de diriger et d'appeler. C'est le même phénomène en que plus haut. Donc, quand je lisais des prières genre Ô Lune, en fait c'était un façon de diriger ce qu'elle déguage. En mon sens.

    (Maintenant, s'il y a des animistes qui croient qu'elle a un esprit, je n'ai pas de jugement à poser là-dessus puisqu'on tombe dans la croyance personelle, ça leur appartient. )

    Je me souviens qu'à l'époque où je pensais que tous les dieux n'étaient qu'un dieu - théorie rocambollesque à laquelle je m'efforçais de croire pour rationaliser ma croyance en plusieurs dieux, ce qui ne sert à rien puisque la merde arrive surtout lorsque l'on applique la logique au spirituel et la croyance religieuse au concret -  il m'arrivait de canaliser cette chose qu'elle émane pour obtenir des effets. Il m'arrive encore de le faire, remarque, mais j'emplois plus souvent d'autres techniques variées.

    Aujourd'hui, là où la lune commence à entrer dans ma croyance, c'est plutôt dans un sens cyclique. Je crois, comme mentionné plus haut, que mon humeur vient en partie d'elle. Bon, c'est sûr que si je m'étais dit: Diantre! La lune noire s'en vient, je vais être «down»! Il n'y a pas de mystère: c'est de la pure et simple suggestion. Par contre, en suivant mes journaux intimes et en m'observant, je me suis apperçu, par exemple, que quand il n'y a pas ou peu de lune, j'ai tendance à avoir moins d'énergie et à avoir envie de moins de choses. Je suis plus centré sur les choses terre-à-terre... et la chair. Quand la lune est entre son premier quartier et son dernier, c'est le contraire: je voudrais tout faire, je suis d'une humeur généralement plus joyeuse et mes pensées sont très peu «physiques». Aussi, je suis toujours distrait, pleine lune ou pas. Par contre, quand elle est vide, je pense plus, par exemple, à des débats, des idées, des disputes que j'ai eu où je n'ai su que dire, alors que quand elle est pleine, ça tient plus du rêve éveillé. Bien sûr, c'est général. Je ne dis pas que je me claque une semaine de dérpime par mois à cause de l'absence de lune. Ça varie. Je peux être plus ou moins énergique quand il n'y a pas de lune, mais généralement, c'est le contraire. Il y a aussi des mois et des moments où je suis plus affecté.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :