• Normes sexuelles et genres

     Normes sexuelles et genres

     (Photo trouvée ici)

    Il n'y a rien de plus omniprésent dans la société que le genre. Il est partout. Il régit tout. Il dicte avec quels jouets on peut jouer. Il dicte comment on doit s'habiller et se tenir. Il dicte comment est-ce que l'on pense. Il dicte notre place dans la société. Il dicte ce qui est convenable pour l'un de faire mais pas pour l'autre. Il dicte TOUT. Il définit TOUT. C'est un travers de la société, et malheureusement aussi un travers de la Wicca.

    Le fait est que le sexe ne définit la personne que quand l'on parle des expériences que son corps lui a fait subir. Les femmes résistent mieux à la douleur que les hommes à cause de l'enfantement. Les hommes ont un physique plus robuste. Après, les hommes sont meilleurs que les femmes pour ouvrir les pots de confiture, mais pleurent plus quand ils se l'échappent sur le pied. Et vous alez me faire croire qu'il y en a un plus fort que l'autre? Et c'est peut-être un peu de là que vient le malaise des hommes avec tout ce qui est féminin. On n'a rien contre une femme qui porte des bottes, les cheveux courts ou une chemise. Parce que ressembler à un homme, c'est bien. Un homme qui a des traits plus féminins, ou qui a des manières plus douces, c'est le mal. C'est dégradant. C'est bas. C'est moche. Parce que le masculin est valorisant, mais le féminin est dévalorisant. Même chose avec une expression comme « avoir des couilles ». Des couilles, ça mange un coup de pied et c'est fini. Mais c'est mâle, alors c'est synonyme de force. Regardez comme les hommes sont pathétiques avec leur besoin de se rassurer dans leur virilité, et quels genres de comportement ça amène. Le masculin, la patriarchie, c'est oppressant. Les hommes ont opprimé les femmes et les homosexuels parce qu'ils se sont opressés eux-mêmes, ils en ont besoin pour se sentir comme des hommes, et donc valorisés. 

    C'est pourquoi il y a longtemps que malgré mon pénis, je ne m'intéresse que très peu au monde des hommes, en dépit de ma tendance à penser que les problèmes des hommes et des femmes sont liés. Il a fallu des hommes pour que le féminisme marche. J'ai beau admirer les Sufragettes et les Précieuses, les premieres pour s'être lancées devant des voitures et avoir lancer des pierres dans les fenêtres du gouvernement et les secondes pour avoir popularisé le féminisme, mais rien n'aurait fonctionné si les hommes n'avaient pas embarqué. On ne peut pas juste ramasser nos bébelles et aller jouer chez nous. Peu importe ce que j'ai entre les jambes, je vie entouré d'hommes et de femmes, donc ce qui arrive aux deux m'intéresse. Je n'arrive par contre à peu près pas à m'intéresser à la misère des hommes parce que je suis trop las de leur oprression et de leur univers qui m'a rejeté depuis que je suis né.  

     C'est aussi pourquoi j'ai quitté la Wicca. La Wicca est une religion animiste et duothéiste qui vénère un dieu et une déesse. Les Wiccans se ventent d'être très égalitaristes et LGBT-friendly, et à priori, ils le sont. À priori. Or, ils vénèrent deux archétypes complètement extrêmes. La Déesse Mère toute féminine, et par féminine on entend maternelle, émotive, passive, intuitive et le Dieu Cornu tout masculin, et par masculin on entend instinctif, impulsif, animal, fort, etc. Oki Doki, donc penser au cul c'est masculin, et être émotif c'est féminin. Les hommes sont dépourvus d'intuition et les femmes de pulsions? Les hommes sont actifs et les femmes passives? Nanh! J'ai des amies de filles qui parlent plus de fesses et de pénis que les autres homosexuels que j'ai rencontrés, et j'ai vu des hommes faire des peines d'amour et des dépressions. Les hommes sont parfois très intuitifs. Ce sont des archétyes, des représentations. D'accord, mais pourquoi l'émotion et l'intuition sont du côté des femmes et les pulsions du côté des hommes? La colère donne des pulsions, et une femme en colère peut être dangeureuse. Il n'y a rien de masculin dans le fait d'avoir des pulsions. Et le pire, c'est le Grand Rite: l'union rituelle (parfois symbollique, parfois physique) du principe masculin et du principe féminin. Donc il faut absolument un homme et une femme dans un couple? On accepte les gais, mais il faut qu'ils fassent comme les hétéros. Ça en prend un qui fait la fille ou une qui fait le gars. Mon cul oui! C'est juste la façon habituelle des hétéros de ne pas comprendre ce qui sort de leur système et de tout chercher à y ramener. Peut-être que ça peut être défendable en invoquant le principe des polarités, mais ce n'est pas comme si dans la balance, il n'y avait que deux extrêmes en nous que nous devons à tout prix équilibrer. Nous sommes tous quelque part entre les deux, et deux polarités semblables ensemble se magnifient. Deux hommes ensembles, c'est tout le plus beau et le plus mauvais du masculin en même temps, ce n'est pas un déséquilibre.






     


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :