•  Normes sexuelles et genres

     (Photo trouvée ici)

    Il n'y a rien de plus omniprésent dans la société que le genre. Il est partout. Il régit tout. Il dicte avec quels jouets on peut jouer. Il dicte comment on doit s'habiller et se tenir. Il dicte comment est-ce que l'on pense. Il dicte notre place dans la société. Il dicte ce qui est convenable pour l'un de faire mais pas pour l'autre. Il dicte TOUT. Il définit TOUT. C'est un travers de la société, et malheureusement aussi un travers de la Wicca.

    Le fait est que le sexe ne définit la personne que quand l'on parle des expériences que son corps lui a fait subir. Les femmes résistent mieux à la douleur que les hommes à cause de l'enfantement. Les hommes ont un physique plus robuste. Après, les hommes sont meilleurs que les femmes pour ouvrir les pots de confiture, mais pleurent plus quand ils se l'échappent sur le pied. Et vous alez me faire croire qu'il y en a un plus fort que l'autre? Et c'est peut-être un peu de là que vient le malaise des hommes avec tout ce qui est féminin. On n'a rien contre une femme qui porte des bottes, les cheveux courts ou une chemise. Parce que ressembler à un homme, c'est bien. Un homme qui a des traits plus féminins, ou qui a des manières plus douces, c'est le mal. C'est dégradant. C'est bas. C'est moche. Parce que le masculin est valorisant, mais le féminin est dévalorisant. Même chose avec une expression comme « avoir des couilles ». Des couilles, ça mange un coup de pied et c'est fini. Mais c'est mâle, alors c'est synonyme de force. Regardez comme les hommes sont pathétiques avec leur besoin de se rassurer dans leur virilité, et quels genres de comportement ça amène. Le masculin, la patriarchie, c'est oppressant. Les hommes ont opprimé les femmes et les homosexuels parce qu'ils se sont opressés eux-mêmes, ils en ont besoin pour se sentir comme des hommes, et donc valorisés. 

    C'est pourquoi il y a longtemps que malgré mon pénis, je ne m'intéresse que très peu au monde des hommes, en dépit de ma tendance à penser que les problèmes des hommes et des femmes sont liés. Il a fallu des hommes pour que le féminisme marche. J'ai beau admirer les Sufragettes et les Précieuses, les premieres pour s'être lancées devant des voitures et avoir lancer des pierres dans les fenêtres du gouvernement et les secondes pour avoir popularisé le féminisme, mais rien n'aurait fonctionné si les hommes n'avaient pas embarqué. On ne peut pas juste ramasser nos bébelles et aller jouer chez nous. Peu importe ce que j'ai entre les jambes, je vie entouré d'hommes et de femmes, donc ce qui arrive aux deux m'intéresse. Je n'arrive par contre à peu près pas à m'intéresser à la misère des hommes parce que je suis trop las de leur oprression et de leur univers qui m'a rejeté depuis que je suis né.  

     C'est aussi pourquoi j'ai quitté la Wicca. La Wicca est une religion animiste et duothéiste qui vénère un dieu et une déesse. Les Wiccans se ventent d'être très égalitaristes et LGBT-friendly, et à priori, ils le sont. À priori. Or, ils vénèrent deux archétypes complètement extrêmes. La Déesse Mère toute féminine, et par féminine on entend maternelle, émotive, passive, intuitive et le Dieu Cornu tout masculin, et par masculin on entend instinctif, impulsif, animal, fort, etc. Oki Doki, donc penser au cul c'est masculin, et être émotif c'est féminin. Les hommes sont dépourvus d'intuition et les femmes de pulsions? Les hommes sont actifs et les femmes passives? Nanh! J'ai des amies de filles qui parlent plus de fesses et de pénis que les autres homosexuels que j'ai rencontrés, et j'ai vu des hommes faire des peines d'amour et des dépressions. Les hommes sont parfois très intuitifs. Ce sont des archétyes, des représentations. D'accord, mais pourquoi l'émotion et l'intuition sont du côté des femmes et les pulsions du côté des hommes? La colère donne des pulsions, et une femme en colère peut être dangeureuse. Il n'y a rien de masculin dans le fait d'avoir des pulsions. Et le pire, c'est le Grand Rite: l'union rituelle (parfois symbollique, parfois physique) du principe masculin et du principe féminin. Donc il faut absolument un homme et une femme dans un couple? On accepte les gais, mais il faut qu'ils fassent comme les hétéros. Ça en prend un qui fait la fille ou une qui fait le gars. Mon cul oui! C'est juste la façon habituelle des hétéros de ne pas comprendre ce qui sort de leur système et de tout chercher à y ramener. Peut-être que ça peut être défendable en invoquant le principe des polarités, mais ce n'est pas comme si dans la balance, il n'y avait que deux extrêmes en nous que nous devons à tout prix équilibrer. Nous sommes tous quelque part entre les deux, et deux polarités semblables ensemble se magnifient. Deux hommes ensembles, c'est tout le plus beau et le plus mauvais du masculin en même temps, ce n'est pas un déséquilibre.






     


    votre commentaire
  •  

    La voix de la Terre avec un X et des mixts

     

    Quel astre a plus fasciné les hommes que notre ronde dame argentée? Cette dernière a toujours eu une place assez limitée dans ma pratique, mais elle est quand-même trop importante à mon goût pour être ignorée. En fait, ces temps-ce, je m'intérroge de plus en plus sur mes racines, surtout spirituelles. Comment en suis-je venu à trouver naturel de dresser un autel pour prier la Dame, Oddin ou Pélé? Comment en suis-je venu à ressentir le besoin de pratiquer la divination pour faire le point sur ma vie, être averti de certains dangers (en quels cas j'ai tendance à n'en faire malgré tout qu'à ma tête, remarque) ou encore pour trouver des pistes de solution à mes problèmes? Et l'une des différences majeures dans ma façon de pratiquer la sorcellerie est ma façon de percevoir la lune.

    Lors de mes débuts en magie, j'ai été scié de voir des gens déifier la lune. Après tout, il ne s'agit de rien de plus qu'une grosse pierre qui reflète les rayons du soleil, n'est-ce pas. Alors une telle pratique me mettait profondément mal à l'aise.

    Mais je n'avais pas compris certaines choses. D'abord, c'est un peu un symbole. La lune est beaucoup associée aux femmes, à la douceur, la maternité, le mystère, la magie. Certains disent «depuis toujours», mais je pense bien que c'est une conception plus ou moins moderne des choses, puisque dans certains peuples la lune représentait un principe masculin... (Il me semble avoir lu que chez les nordiques on parlait d'un dieu-lune, mais je ne suis pas certain de ce que j'avance.)

    Aussi, il est cru que la lune émet quelque chose qui influence l'esprit humain. Certains ont essayé de se baser sur des propos scientifiques, mais le fait est que la pluspart des sorcières n'ont pas assez de connaissances scientifiques pour émettre des hypothèses du genre, donc ça fait de la science de pacotille qui s'est bien répendue sur Internet.  (Genre, la lune influence les marrées donc vue qu'on a de l'eau dans le corps, ça nous influence. Bien, mais le fait est qu'aucun scientifique n'a jamais déclaré que tout ce qui avait de l'eau était systhématiquement influencé par la lune. Nuance. ) Malgré cela, je ne considère pas ça comme une croyance tellement absurde, à condition que l'on la garde dans l'abstrait. Un peu comme la croyance en Dieu: ça fait du sens d'y croire, ou même de ne pas y croire, mais ça ne fait pas de sens de ne pas y croire à cause de Darwyn. Il n'a que prouvé que la Bible disait faux, ce n'est pas parce qu'on a évolué qu'il n'a pas d'entité supérieure quelque part.

    Certains croient aussi qu'elle dégage une forme de pouvoir qu'il est possible de diriger et d'appeler. C'est le même phénomène en que plus haut. Donc, quand je lisais des prières genre Ô Lune, en fait c'était un façon de diriger ce qu'elle déguage. En mon sens.

    (Maintenant, s'il y a des animistes qui croient qu'elle a un esprit, je n'ai pas de jugement à poser là-dessus puisqu'on tombe dans la croyance personelle, ça leur appartient. )

    Je me souviens qu'à l'époque où je pensais que tous les dieux n'étaient qu'un dieu - théorie rocambollesque à laquelle je m'efforçais de croire pour rationaliser ma croyance en plusieurs dieux, ce qui ne sert à rien puisque la merde arrive surtout lorsque l'on applique la logique au spirituel et la croyance religieuse au concret -  il m'arrivait de canaliser cette chose qu'elle émane pour obtenir des effets. Il m'arrive encore de le faire, remarque, mais j'emplois plus souvent d'autres techniques variées.

    Aujourd'hui, là où la lune commence à entrer dans ma croyance, c'est plutôt dans un sens cyclique. Je crois, comme mentionné plus haut, que mon humeur vient en partie d'elle. Bon, c'est sûr que si je m'étais dit: Diantre! La lune noire s'en vient, je vais être «down»! Il n'y a pas de mystère: c'est de la pure et simple suggestion. Par contre, en suivant mes journaux intimes et en m'observant, je me suis apperçu, par exemple, que quand il n'y a pas ou peu de lune, j'ai tendance à avoir moins d'énergie et à avoir envie de moins de choses. Je suis plus centré sur les choses terre-à-terre... et la chair. Quand la lune est entre son premier quartier et son dernier, c'est le contraire: je voudrais tout faire, je suis d'une humeur généralement plus joyeuse et mes pensées sont très peu «physiques». Aussi, je suis toujours distrait, pleine lune ou pas. Par contre, quand elle est vide, je pense plus, par exemple, à des débats, des idées, des disputes que j'ai eu où je n'ai su que dire, alors que quand elle est pleine, ça tient plus du rêve éveillé. Bien sûr, c'est général. Je ne dis pas que je me claque une semaine de dérpime par mois à cause de l'absence de lune. Ça varie. Je peux être plus ou moins énergique quand il n'y a pas de lune, mais généralement, c'est le contraire. Il y a aussi des mois et des moments où je suis plus affecté.


    votre commentaire
  • La voix de la Terre avec un X et des mixts

    Il y un bout, j'ai eu une conversation avec quelqu'un qui essayait de me convaincre que je ne vivais pas assez intensément (pfft!). Et le quelqu'un m'a posé une question: «De quoi te souviendras-tu toujours?». Et j'ai bloqué. Quoique j'ai surtout bloqué parce que je sais que mes trésors sont aux aux yeux de beaucoup des choses vides, parce qu'ils ne peuvent pas comprendre ce que ça veut dire pour moi, parce qu'ils ne peuvent pas comprendre comment je le vie. Le meilleur exemple, c'est le nombre de fois où mon père a pris un air supérieur et méprisant pour m'annoncer que l'ésotérisme, c'est des niaiseries, des futilités. (Quoique j'ai cru remarquer qu'il fait de plus en plus attention à ce qu'il me dit, j'imagine parce qu'on ne se voit presque plus et que ça met de la tention, inutile parce que j'ai la même putain de tête de mûle que lui anyway.) (Peut-il comprendre que pendant la période noire que j'ai traversé l'an passé, quelqu'un m'enlevait le fardeau pendant quelques instants pour que je souffle? Que lorsque je suis perdu, j'ai quelqu'un qui peut m'envoyer des messages, par la divination? Que cette dernière m'a aussi aidé à me comprendre moi-même? Je ne pense pas, et il n'a pas à comprendre ça parce qu'il a sa voie à lui. Mais à la prochaine remarque du genre que j'entends, je ne me retiendrai plus de lui dire ce que je pense de ses petits commentaires du genre.)

    Ceci mis à part, sa remarque m'a tout de même fait cogiter: si je ne regrtette en rien de ne pas être entré dans le moule habituel de l'adolescence, a foirer, m'en foutre, boire à en avoir la gueule à terre, baiser à droite et à gauche, ce qui constitue les trésors normaux des ados, leurs souvenirs et ce qu'ils auraient répondu, (genre, je vais toujours me souvenir de telle partie de jambes en l'air ou de tel party), moi de quoi me souviendrais-je? Me sont venus en tête ma méditation avec Kali (cette mer de peine m'aurait noyé sans elle), avec Sulis, mes parties de jeux-vidéos, mais je savais ne pas pouvoir lui en parler, alors j'ai répondu une bêtise genre: mon secondaire 5 au grand complet. 

    Ce qui n'est pas faux: ce fut l'année la plus terrible de ma vie, et en même temps la plus belle. (Avant le Cégep en tout cas!)

    Mais est-ce que le jour de ma mort, je vais y repenser? J'en doute. Mais à Lui, je vais sûrement y repenser, le sourire aux lèvres. 

    Quand j'étais au secondaire, j'étais amoureux d'un garçon, qui lui, ne m'aimait pas. Par contre, nous étions amis. J'ai eu des tords, et il y a des choses que je n'ai pas pu faire, mais tout ce que je pouvais faire, je l'ai fait pour lui. Je l'ai consolé et éouté, à l'épuisement parfois, et un jour, en secondaire 4, il m'a offert un cadeau à mon anniversaire. Et sincèrement, je pense n'avoir de toute ma vie jamais été aussi heureux qu'en ce moment-là. Il a déjà fait des cadeaux à sa famille, mais rarement à des gens à l'école. C'était sa façon à lui de me faire comprendre que j'étais spécial pour lui.

    Un an après, ça c'est fini en «je ne peux plus te supporter» et j'ai passé proche de la dépression. Il m'a fallut un an et demie pour complètement me remettre! (C'est que moi, quand j'aime je n'aime pas qu'à moitié! Et puis bon, je ne veux pas trop m'étendre là-dessus parce que c'est personnel et que tout le monde peut lire, mais il reste qu'il représentait beaucoup pour moi, ce qu'il pensait de moi, et j'ai été blessé à un point qui est difficile à expliquer.)

    Mais ce n'est pas ça l'important. Les plaies ont cicatrisé, elles ont disparu et m'ont rendu plus fort. Mais reste que pendant un moment, même si n'était pas de l'Amour avec un grand A, j'ai été spécial dans le coeur de quelqu'un, et ça, je m'en souviendrai toute ma vie. 

    (Artwork: Carte des amoureux du Lunatic Tarot)

    (MERDE! La seule boutique en ligne que je connaisse qui le vend, elle est aux USA. Un jour, je vais l'acheter, c'est sûr, mais pas avant un bout encore. J'en rêve!)


    2 commentaires

  • La voix de la Terre avec un X et des mixts

    Un petit test trouvé sur Destiny:

    Votre nom "magique":
    Je n'en utlilise aucun pour le moment.
    Depuis combien de temps vous pratiquez :
    Le tarot depuis 8 ans, la sorcellerie depuis 4 ans.
    Le terme qui vous définit : 
    Fucké
    L'Elément que vous favorisez :
    L'eau (le monde des émotions, la maternité), l'air (intelligence, instabilité)
    Votre signe astrologique : 
    Gémeau, Singe, Anubis, Aubépine
    Votre encens favori :
    Sang de Dragon, Printemps, Fraise
    Votre pierre favorite :
    Améthyste, Pierre de lune, Quartz rose, Quartz fumé
    Votre arbre favori :
    Saule
    Votre plante favorite :
    Rose
    Votre couleur favorite :
    NOIR! (Violet, rouge)
    La phase de la lune que vous préférez :
    Croissante, pleine
    Votre sabbat favori :
    Samhain
    La ou les déités sur laquel repose votre pratique :
    Aucune de fixe. Pélé, Kuan Yin, Oghma, Oddin, Kali...
    Votre outil esotérique favori :
    Tarot
    Votre créature fantastique ou mythologique favorite :
    Les Dragons, les sirènes, les gargouilles, les vampires
    L'animale qui évoque le plus l'eso pour vous :
    Le chat noir
    Si vous deviez avoir un familier, quel animal serait-il :
    Le chat noir
    Le ou les dons que vous possédez :
    Aucun au sens éso du therme.
    Votre activité esotérique favorite :
    La divination, la communion avec les entités (aussi appelée Channeling)
    Votre domaine de prédilection:

    J'ai un don avec les mots. C'est d'ailleurs là dessus que je mets l'emphase. La dernière fois que j'ai écrit une prière, il m'a fallu des mois! Je perçois ça un peu comme une offrande de beauté à la divinité en question.

    Le moment de la journée que vous préférez pour l'eso :
    Ça dépend pour quoi. J'aime mieux certaines choses le soir, d'autres l'après-midi.
    Vos outils de divination :
    Je suis plutôt doué avec le Tarot, mais j'essais de développer le scrying et le pendule.

    votre commentaire
  • La voix de la Terre avec un X et des mixts Je commence par bêtement battre les cartes sans guerre prêter attention ni avoir la moindre question en tête. Je ferme les yeux, inspire, médite sur des images de mer, de mère, de tourbillons et de vagues mauves, de regards maternels, puis j'ouvre les yeux et une carte est tombée du paquet. Je l'observe, elle m'appèle, quelque chose en émane qui me dit que celle-ci est importante, plus que tout ce que j'aurais pu sortir. Je commence par l'observer, sans trop la comprendre. Puis en lisant je découvre que le machin-truc long et bleu sur sa poitrine est une baleine, que l'auteur a placé là pour représenter la Mère, et que la queue semble se poursuivre en quelque sorte sur les mains de l'ange, représentant la lumière divine qui passe en elle et qu'elle transmet autours d'elle. Le lien avec le Divin est aussi représenté par des ailes. L'ange semble à la fois encré au sol et le regard tourné vers un ciel où brille la pleine lune, probablement là pour symboliser le monde intérieur, l'univers spirituel. C'est une lame associée à la Tempérance du tarot traditionnel, qui est symbole d'équilibre, de complétion, etc. 


    Je trouve qu'elle tombe très bien car ces temps-ci est l'un des rares moments où ma vie spirituelle est vraiment en équilibre avec ma vie «réelle». Règle générale, je vais toujours être plus d'un côté ou de l'autre. Par exemple, il n'y a pas longtemps, quand je n'étudiais pas, je regardais des animés, jouais à des jeux-vidéos, mais ne pratiquais vraiment pas. Je ne tirais presque jamais les cartes, ne lisais même plus de blogues ou sur Yuna's Destiny. En d'autres temps, l'Éso est presque ma seule raison de vivre, je fais tirages sur tirages, médite beaucoup et vais vraiment accorder du temps de façon... bon, pas si démesurée que ça non plus, mais quand même de façon importante. Pourtant, c'est temps-ci, même si j'ai une horrible tendance à être trop d'un côté ou de l'autre, autant sur la foi qu'en d'autres domaines - ce qui est très ironique pour quelqu'un qui  affiche un savant mépris pour tout ce qui est extrême - je suis vraiment au milieu. J'étudie, médite, m'amuse, m'occupe de mes tâches domestiques, tire les cartes, lis des blogues et des forums païens et spirituels et il n'y a rien de vraiment avantagé ou démesurément important. Je ne sais pas combien de temps ça va durer, mais pour le moment cet équilibre me donne une sérénité et une plénitude que je n'ai pas hâte de quitter. (Même en admettant que je réussisse à la maintenir, ce qui est fort peu probable, elle va s'en aller peu à peu vers la mi-session pour complètement s'effacer à la fin pour faire place à un stress quasi-insupportable, merci les études :) . 


    1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique